Fédération Nationale des Collectivités de Compostage

Collectivités membres

Sictom du Marsan (40)

Nicole DURAND (Directrice)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Romain PARDES (Responsable des services techniques)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléphone : 05 58 06 74 74

Site internet : http://www.sictomdumarsan.fr/

Présentation du syndicat

Nombre d’habitants concernés pour 2014 :

- Par le traitement : 87 305

- Par la collecte : 80 240

Tonnage total traité en 2013 :

- Déchets ménagers : 19 654 tonnes

Présentation du mode de collecte

Collecte sélective assurée en régie :

- Sacs jaunes en containers et colonnes enterrées

- Tri et conditionnement assurés par un prestataire

Déchets dangereux :

- DASRI : mise à disposition de contenants et récupération en déchèteries

- DMS : récupération en déchèterie

- DEEE : récupération en déchèterie

Collecte des OMR assurée en régie

- Pas de collecte séparée de la FFOM

 

 

l'Unité actuelle

Bref historique:

le SictoM du Marsan possédait une vieille unité de tri-compostage qui avait atteint ses limites en terme de fonctionnement.

De plus le choix premier avait été d'insérer des boues urbaines dans le tube de pré-fermentation pour humidifier le mélange.

Le compost devait donc répondre à la norme NFU 44095.

Mise en service en 1994, l’unité de compostage de Saint-Perdon est exploitée par TIRU depuis sa création. Après plus de 18 ans de fonctionnement, le SICTOM du MARSAN a décidé de moderniser son installation.

1/ La rénovation

En mai 2011, le Sictom a attribué la conception, la réalisation, la mise en service et l’exploitation de la nouvelle unité de tri-compostage de Saint-Perdon à son exploitant. L’installation a démarré en avril 2013.

Les caractéristiques essentielles de la nouvelle unité sont :

  • Suppression des boues urbaines,
  • Ajout de déchets verts en phase de compostage,
  • Amélioration du tri, affinage des refus, réutilisation des eaux du process, récupération des eaux de pluie pour le lavage des bennes,
  • Réduction de la part des déchets envoyés en installation de stockage,
  • Confinement du bâtiment fermentation-maturation du compost
  • Stockage couvert pour une parfaite maîtrise des eaux pluviales.

2/ La description de la nouvelle unité

• Type de déchets traités : déchets ménagers résiduels et assimilés

• Capacité nominale annuelle :

- 22 000 tonnes de déchets ménagers (pouvant absorber jusqu’à 26 000 tonnes)

- 2 000 tonnes de déchets verts

• Valorisation organique : production de 8 000 tonnes de compost conforme à la norme NFU 44-051, valorisable en amendement organique

• Valorisation matière : 500 tonnes de ferrailles

• Taux de diversion : 58 %

• Certification : ISO 14001

• Effectifs : 6 agents

3/ Le process

Les déchets réceptionnés sont introduits dans le tube de pré-fermentation. Le brassage permanent permet la dégradation de la fraction organique biodégradable des déchets.

• Longueur du tube : 42 m

• Diamètre du tube : 4,25 m

• Vitesse du tube : 0,5 à 1 tour / minute

• Tonnage moyen dans le tube : 268 tonnes

• Temps de séjour moyen des déchets : 4 jours

• Tonnage journalier : entre 50 et 100 tonnes / jour

• Taux de remplissage : 75 %

A la sortie du tube de pré-fermentation, plusieurs cribles à mailles de différentes tailles, dont un crible trampoline (ensemble de toiles soumises à un mouvement vibratoire afin de faciliter la séparation entre la fraction fine et la fraction > 10 mm), vont trier les déchets et séparer la matière organique.

Tout au long du process, les étapes de tri permettent d’extraire les matières non dégradables (plastiques, textile, ferrailles, tissus…) et les inertes (cailloux, verre, calcaire).

Les ferreux sont extraits à l’aide d’un overband (aimant) et envoyés en filière de valorisation. Les autres matières seront valorisées ou stockées en tant que refus.

 

A la matière organique triée sont incorporés des déchets verts broyés (1/4 de déchets verts pour 3/4 de compost), via la mélangeuse, afin d’obtenir un compost structuré et bien aéré.

Pour permettre la phase de fermentation et maturation du compost produit.

4/ Le compost

La phase de compostage dure 6 semaines pendant laquelle la matière organique fermente et mature sous un bâtiment. Le compost est régulièrement aéré et humidifié à l’aide d’une retourneuse d’andains.

Après une dernière phase d’affinage, le compost est stocké sous un bâtiment couvert, prêt pour sa livraison aux agriculteurs locaux qui l’utilisent essentiellement pour la culture du maïs (20T/ha)